jeudi 10 décembre 2015

Le Fort de Loyasse

Le Fort de Loyasse est une richesse architecturale de notre quartier ; il est pourtant laissé à l'abandon et voué à disparaître si rien n'est fait.

La dégradation du fort, en pierre dorée de Couzon et pierre blanche de Villebois, est due à la végétation qui détruit l’étanchéité des voûtes et disloque les couvertines (protections de la partie supérieure des murs)

Depuis de nombreuses années, le CIL de Vaise se bat pour la défense de ce site et a rejoint une nouvelle association, l'ASSIL (Association des Sites de Loyasse) qui se consacre à la protection du Fort de Loyasse.

Historique :
La construction du Fort de Loyasse s'est faite entre 1836 et 1840, en bordure du cimetière de Loyasse, sur une surface de 5,68 hectares. Avec le Fort de Vaise, ils remplacent une enceinte bastionnée à l'italienne construite au XVIe siècle.

Après 1858, des canons lançant des obus avec des portées utiles de l'ordre de 2500 m entrent en service et  rendent les ouvrages fortifiés existants obsolètes. Ceux-ci sont  déclassés en 1900, puis utilisés comme casernement pour des unités de la garnison de Lyon.

Pendant la Première Guerre mondiale, le Fort de Loyasse abrite un dépôt de
prisonniers de guerre.

En 1930, la Ville de Lyon loue le Fort de Loyasse désaffecté pour y abriter une
quarantaine de familles expulsées.

Pendant la seconde guerre mondiale, suite à l’occupation de la zone libre, un détachement allemand s’installe dans le fort.

Après déclassement définitif du domaine public militaire, le Fort de Loyasse est remis le 15 octobre 1947 aux services des Domaines.

En 1949, la Ville de Lyon achète le fort par voie d’adjudication pour la somme de 1 200 000 francs et installe un dépôt de voirie dans le fossé. Des jardins familiaux sont aménagés sur le glacis de la balme.
Temporairement un champignonniste fait pousser ses cryptogames dans les souterrains et, en surface, on installe un chenil de dressage.

Le chemin militaire de l’Observance, tracé en 1846, n’étant pas propice aux transports en commun, le fort est en sursis jusqu'en  1957.
Le site devient alors attractif par son panorama et son aspect verdoyant : la SACVL décide d’y « établir l’une des plus belles réalisations en matière d’urbanisme à ce jour ».
Mais en 1958, Louis Pradel donne un coup d’arrêt à la croissance du « quartier champignon de l’Observance» et le site est classé en zone verte.
Cela n’empêche pas la démolition de la caserne voûtée du bastion 4, pour permettre l’élargissement de la montée de l’Observance.
Ainsi désenclavé en 1961, le quartier de l’Observance est directement relié à Vaise par le boulevard Saint-Exupéry.
En 2015, le bastion 6 est vendu par la ville de Lyon à un particulier pour y construire sa maison d'habitation ( les projets comprenant une ouverture au public sont étonnament refusés).

Pourquoi les habitants, les élus, les Monuments Historiques, l’Office du tourisme ignorent-ils cette richesse patrimoniale que représente le fort de Loyasse ?

A proximité du Parc des Hauteurs, le Fort de Loyasse mériterait d’être aménagé dans le cadre d’un projet ambitieux. Le site pourrait être remis en état par des subsides de Fondations, en partenariat avec des entreprises sociales spécialisées dans les métiers du bâti ancien. Ces chantiers d’insertion permettraient  la diffusion de savoir-faire (taille de pierre, outils 3D, recherche d’archives...).

Aidez-nous à sauver ce monument de notre patrimoine en danger en le faisant connaître autour de vous !

Ce texte a été réalisé à partir d'une édition spéciale du journal du CIL de Vaise consacrée au fort de Loyasse : "Au bois de le Claire " n° 42

Le Cil de Vaise vous invite à le rencontrer en participant à ses réunions
mensuelles le 2 ème mardi du mois (sauf juillet et août) de 20h à 22h
au Centre Social et Culturel Pierrette Augier 9 rue Roquette Lyon 9 ème.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire